HomeIntroduction

Le classique et l’altérité
Antiquités égyptiennes, étrusques et gauloises

Au XVIIe et au XVIIIe siècle, les recherches antiquaires recouvrent des espaces géographiques et chronologiques larges et variés. Parallèlement à l’Antiquité paléochrétienne et au Moyen Âge, le monde des Égyptiens et des Étrusques, tout particulièrement, suscite une curiosité nouvelle que les collections d’images des recueils gravés d’antiquités sont à même de satisfaire. Puisque l’écriture de ces civilisations n’avait pas encore été déchiffrée, seuls les vestiges matériels permettaient d’accéder à leur histoire.
Les « musées de papier » offrent la possibilité d’explorer ces vestiges en images. Les représentations d’objets venant d’autres univers que le monde gréco-romain entraînent non seulement un élargissement temporel de la notion d’Antiquité, mais proposent également une alternative esthétique aux œuvres de l’Antiquité classique.