HomeIntroduction

Piranèse (Giovanni Battista)

Piranèse (Giovanni Battista)

Cliquez sur l'image pour zoomer

Cette œuvre qu’il faut placer assez tôt stylistiquement dans la carrière de Piranèse, autour de 1748, illustre sa virtuosité de scénographe « néo-baroque ». Au milieu d’une foule immense qui comprend, sur les côtés des groupes de musiciens frénétiques, deux Renommées ailées viennent couronner au centre un homme debout, ou sa statue, tourné vers la salle. De part et d’autre, s’élèvent deux énormes trophées, portés par des esclaves, l’un couronné d’un télescope et de mappemondes, l’autre d’une sphère armillaire. Au fond, au sommet d’un escalier, on distingue au centre un étrange cylindre terminé par trois bustes, tenant en équilibre sur sa base en forme de cône renversé. Enfin, la feuille est traversée par un grand rayon lumineux qui descend d’un oculus ménagé dans la voûte et confère un caractère de féerie pyrotechnique à l’ensemble. Aucune estampe ne vient éclairer le sens de cette célébration toute opératique qui semble relever de l’ordre du caprice. En fait, il pourrait bien s’agir d’une apothéose d’Isaac Newton, figure adulée par l’Europe des Lumières mais dont la célébration trop explicite aurait été délicate dans la Rome des papes. C’est en tout cas l’une des pages les plus brillantes de l’artiste tant pour le maniement du lavis que pour l’inspiration.
Scène d’apothéose dans un palais - vers 1748 - Plume et encre brune, lavis brun, sur l’esquisse à la sanguine - Paris, Louvre : département des Arts graphiques (RF 39 010)
© 2006 Musée du Louvre / Martine Beck-Coppola