le Tireur d'épine

Rome. Ier siècle avant J.-C. Bronze. H. 0, 73. Rome, palais des Conservateurs.

Cette sculpture, jugée mystérieuse, a fait l'objet de nombreuses interprétations.
On l'a d'abord identifiée au personnage biblique d'Absalom, fils de David, renommé pour sa très grande beauté.
On lui a aussi associé le nom d'un héros légendaire de l'histoire romaine. Ce jeune berger, Cneius Martius, aurait sauvé Rome en portant au Sénat un message urgent, ne s'arrêtant pour extraire l'épine qui blessait son pied qu'après avoir accompli sa mission.
Au Moyen-Age, on retrouve de nombreuses reproductions du Tireur d'épine qui personnifie parfois le mois de mars dans des cycles représentant les mois de l'année. Ce rapprochement étonnant est peut-être dû à un jeu de mots entre Martius et mars. Ce mois coïncide aussi dans le calendrier chrétien avec la période du carême.
Le Spinario a donc pu être interprété comme un symbole de pénitence, arrachant « l'écharde de la chair ».

© Louvre 2000